• Maladies psychosomatiques

    Les maladies psychosomatiques sont des maladies où votre mental prend le pas sur votre santé. Psycho fait référence à tout notre mental, notre psychologie et soma signifie tout simplement le corps. En effet, quand nous déraillons affectivement, que nous avons différents problèmes ou tracas et que nous n'arrivons pas à y faire face, notre corps peut témoigner de notre mal être mental par des traces physiques. Je suis une experte en ce domaine car j'ai dû à mon avis en "contracter"un bon nombre...


    En effet, une fois, j'ai décidé de passer outre de mon père, de ne plus y penser et de plus me laisser bouffer par cette maladie de m... (veillez excuser mon langage mais parfois j'en ai ras le bol) et j'y suis arrivée mais c'est mon corps (déjà pas top top) qui a tout pris:


    - j'ai fait de l'eczéma sur les mains et sur les pieds (je perdais des morceaux de peau, ça me démangeait, alors je frottais et j'étendais les plaies)


    - j'ai eu du psoriasis au niveau des pieds: chez moi cela se traduisait par des cloches se remplissant de liquide jaunatre que je perçais, puis qui formaient des plaies rouges + ou - douloureuses.


    - j'ai fait de la spasmophilie: j'étais prise de crises, un peu semblables à celles des athmatiques où je ne savais quasiment plus respirer ou où j'avais une respiration haletante (comme celle des chiens). J'étais secouée par des spasmes (des ptits sursauts). Je devais alors m'isoler dans le noir et inspirer et souffler profondément dans un sac en papier de manière à me calmer.


    - dans un registre un peu similaire, j'ai eu des crises de tétanie. Là, des parties de membres (bras, jambes, ..) ou de la face se contractaient et ne se relâchaient plus. La douleur pouvait être assez violente et je restais même parfois paralysée (au niveau d'une moitié du visage ou d'un bras le plus souvent). C'était assez gênant. Je me rapellerais tjs de cette fois où j'entendais mon père mettre la clé dans la serrure. Alors qu'on avait déjà presque rien, monsieur était parti en taxi, souper au restaurant et piccoler bien entendu. Je devais tellement appréhender de le voir que quand il a poussé la porte qui nous séparait l'un de l'autre, qqch s'est contracté au niveau de ma gorge... comme si les carotides s'étaient enroulées autour de ma trachée et m'étouffait, j'ai pris mon cou entre mes mains, je suffoquais et je n'arrivais ni à sortir un son, ni à respirer. Pour finir, je me suis mise à pleurer. J'ai cru que ça avait durer des heures, j'ai eu si peur... c'est vraiment un jour où j'ai cru que j'allais mourir!!!


    - j'ai perdu mes cheveux à un moment aussi.


    - j'ai rongé mes ongles et je les ronges toujours.  


    Peut être en ai-je oublier mais celles-çi doivent être les principales ...


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :